Berkeley ~ bis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Berkeley ~ bis

Message  Admin le Jeu 15 Déc - 22:07

Prenom(s) Nom
▬ tag line ▬

▬ avant propos ▬
Gabrielle SHAKESPEARE, plus connu(e) sous le pseudonyme de Bibi a 20 ans et est né(e) le 12 février 1991 à Paris. De nationalité fançaise et anglaise mais d'origines Française et anglaise, elle est bisexuelle et est célibataire. Elle étudie en deuxième année dans le domaine de la Mode et fréquente la confrérie Alpha.

▬ si tu étais ... ▬
Un film ? : Bambi II
Une chanson ? : Sampo de Amorphis
Un plat ? : Everything
Un pays ? : France
Une couleur ? : Noir
Un animal ? : Chat
Un smiley ? : :hola:

Domaine d'etudes
▬ à traiter en dix lignes complètes ▬
•• à écrire ici ( 10 lignes étant un minimum, bien entendu vous pouvez faire plus )
Confrerie
▬ 3 choix à détailler en 5 lignes chacun ▬
•• choix n°1 : ALPHA La blondinette a une volonté de fer, elle ne se décourage jamais et lorsqu'elle se sent dérivée, la seule chose qui la remonte en selle sont ses études. Elle aime la mode et compte bien devenir l'une des stylistes les plus renommés des États Unis -voir du monde entier-. Cette confrérie l'intéresse d'abord pour son sérieux. Les étudiants veulent se décrocher des autres et aller plus loin, grâce à leurs études, tout comme Gabrielle. Le petit démon qui se cache en elle, mesquin, possessif, et arrogant lui permet de travailler dur et d'être la meilleure dans son domaine. Mais sans jamais oublier de s'amuser, de rire et de découvrir ce qui entour la belle.
•• choix n°2 : SIGMA Mlle Shakespeare est avant tout, une rêveuse et une artiste, bien avant d'être un bourreau du travail. Elle ne le montre pas, mais elle renferme en elle des dons exceptionnels! Par le stylisme, elle met en valeur son talent de couturière et de dessinatrice, mais dans sa chambre sont cachés une multitude d'écrits aussi beaux les uns que les autres. Cette confrérie lui conviendrait parfaitement, car elle a ça dans la peau. Le dessin, la littérature, la danse, la musique, la peinture... Gabrielle touche à tout, elle apprend vite, est douée et passionnée bien qu'elle ne le montre pas assez. Par exemple, très peu de personnes savent que la blonde chante pratiquement tous les soirs dans un bar...
•• choix n°3 : BETA-DELTA Gabrielle est une jeune femme intelligente, attentionnée, amusante, et surtout majestueuse. Elle est gracieuse et manipulatrice, mais n'oublie jamais que le plus important ça n'est pas le regard des autres. Malgré cela, elle joue parfaitement de sa beauté, et profite bien plus qu'il n'y paraît de l'attention que les gens lui portent. SA popularité serait dû à sa gentillesse, à son style, et surtout à sa sociabilité. En effet, cette dernière a ce que l'on appel la « tchatch ». Elle n'hésite pas à accoster les inconnus, elle dit souvent ce qu'elle pense et met un point d'honneur à éviter de juger les ceux qu'elle croise, bien que ce ne soit pas toujours évident.
Celui qui se cache derriere
▬ au niveau de l'avatar▬
Célébrité sur l'avatar : Pixie Lott
Acceptes-tu de doubler ton avatar ? : OUI [X] que si le scénario est intéressant!
Personnage Inventé, Scénario, ou Prédef' ? : Inventé
Crédit de l'avatar : by LOU ★
•••••
▬ toi joueur d'un futur berkeléen▬
    •• Pseudo/prénom : ...
    •• Âge : ...
    •• Des remarques sur le forum ? : Good mais j’ai de l’expérience et on verra si celui-ci est à la hauteur Wink
    •• Te sens-tu un peu perdu(e) ? : Oui, au niveau des confréries. On fait comment pour choisir ??
    •• Double compte ? : Non
    •• Déjà inscrit ici ? : Oui
    •• Fréquence de connexion : Indéterminée pendant les vacances, le week end pendant les périodes scolaire
    •• Exemple de rp :
    Spoiler:
    Connaissez-vous la "vie nocturne" ? Je penses que oui, quand même. Vous ne l'avez peut-être pas côtoyé ou vécu, mais vous en avez certainement déjà entendu parler. Personnellement, je la qualifierait en tant qu'envers du décor, de coulisses du spectacle, ou encore, d'une autre dimension, ou même d'un autre monde. Mais ça, c'est mon avis. Car chacun la perçoit différemment, en fonction de ses expériences bonnes ou mauvaises, de sa non-expérience, et à ce moment là, on ne peut se baser que sur le témoignage d'un autre, on est donc pas objectif. Contrairement à ce que certain pensent, ce n'est pas forcément mauvais, ou nul de vivre après le soleil. Mais on ne peut pas non plus affirmer que cela est bien, et agréable. Ça dépend encore une fois de l'individu, et de son vécu. Ne vous fiez jamais aux aprioris, aux rumeurs, et aux ragots, ça ne rapporte souvent que des problèmes, et ce n'est pas du tout objectif. Il faut essayer pour approuver, c'est bien connu!

    Pour revenir à notre histoire, Loanna, elle, se fichait pas mal de l'avis de quelqu'un d'autre. Elle a toujours préféré tester par elle-même. Ça ne lui a pas rapporté que du bon, mais elle reste sur ces positions. La vie nocturne, elle adore ça. Elle la trouva magique, différente et agréable. Ce n'est pas le genre de fille qui court de boîte en boîte pour s'amuser, ou boire, ce n'est pas une droguée qui ne cherche que sa dose, et ce n'est pas une employée de la nuit. Non, la jeune femme n'est rien de tout cela. Elle ne vit pas la nuit, elle la côtoie, elle l'admire, elle regarde passer pendant des heures entières.

    Il était vingt-deux heures. Dame Nature était d'humeur médiocre cette nuit là. Ainsi, une pluie torrentielle s'abattait sur New-York, engloutissant gaiement la Statue de la Liberté ; un vent magnifique retournait les parapluies, et trempait jusqu'aux os les habitants de la Terre ; et les plus mal chanceux tentaient vivement de rentrer chez eux. Avec toute cette eau, la pollution new-yorkaise était nettoyée, et l'air pur s'affirmait enfin. Malheureusement, même si de nombreuses étoiles brillaient de mille feu, on ne pouvait guère les voir, à moins de se prendre une bonne douche glacée.

    D'ordinaire, Loanna se serait promenée sous la pluie, toute la nuit, avec une gigantesque sourire aux lèvres. (Pensez-vous que mon héroïne est folle ? Je vous affirme que non ! Écoutez plutôt la suite, au lieu de vous faire de fausses idées.) Pourtant, ce jour là, elle n'était pas dans son assiette. Elle se sentait bizarrement seule, et elle trouvait cela très étrange. Ça n'a jamais été dans ses habitudes de se plaindre de la solitude.

    Avez-vous déjà connu ce sentiment ? Celui qui vous prend toute votre énergie, toutes vos envies, toute votre volonté, toute votre âme ! Celui qui vous fatigue, sans pour autant vous donner le sommeil. Celui qui vous noue la gorge. Celui qui vous force à vous questionnez sur le fait que vous êtes sur Terre, et pourquoi. Eh bien c'était ce que ressentait Loanna, et elle n'aimait pas du tout cet état. Jamais elle ne l'avait ressentit, sauf lorsque son grand-père quitta le domicile familiale. Mais ça c'est une autre histoire... Je disais donc que notre héroïne n'allait pas bien du tout. Elle était sortie comme à son habitude vers vingt heure, et avait errer dans les rues de New-York, avant de finalement entrer dans ce bar.

    D'ailleurs il n'était pas aussi vide que l'on aurait pu le penser. Il était bientôt vingt-trois heure pile, et il y avait encore beaucoup de monde. Des gens qui travaillaient tard, et qui rentrait enfin chez leurs femmes. D'autres qui venaient justement boire un dernier café avant d'aller à leur boulot. Des jeunes aussi. En groupe. Ils prenaient un verre, se saoulaient, et parlaient fort. Leurs voix résonnaient dans la tête de notre jeune étudiante, qui aurait aimé avoir un peu de paix, plutôt que du bruit. Malheureusement, ça ne l'empêchait pas de broyer du noir. Pour le faire, il lui suffisait juste de planter ses yeux en amandes dans le noir de la nuit, d'observer tristement la vie nocturne, et de se laisser engloutir de pensées obscures.

    Le mouvement battait son plein dehors, car New-York est une grande ville, qui comporte des habitants actifs 24/24. Pourtant ce n'est pas eux qu'Alexis fixait. La jeune israëlienne regardait le temps. Et oui. Allez savoir pourquoi ! Peut-être parce-que cette jeune fille aime la météo. Elle aime l'observer, comme pour percer ces secrets les plus intimes. Lorsqu'elle était petite, elle passait des heures devant la fenêtre quant il pleuvait. Des heures. Comme cette nuit, où l'étudiante retrouva ses cinq ans. Elle retrouva l'innocence, la crainte, et la fragilité d'une toute petite fille. C'est pour cela qu'elle ne voyait pas les minutes filer.

    Il était bientôt minuit, et Loanna Hilly David était toujours là. Au fond du bar "The Friendship's Drink", affalée sur sa table avec un verre vide entre les doigts, ne portant qu'un simple jean, un pull en laine blanc par dessus un débardeur, et une paire de basket. Des vêtement peu adéquate pour un temps pareil. Et pourtant elle s'en fichait éperdument. Elle était totalement absorbée par les énormes nuages noirs qui s'entrechoquaient furieusement, la pluie qui martelait la célèbre ville, le tonnerre qui grondait de toutes ses forces, et les éclairs qui menaçaient d'électrocuté un humain à tout moment.
    •• Mot de passe :
    Spoiler:
    Women zeli shuo faguo

Histoire
▬ l'histoire du personnage, 50 lignes min.▬


CONSIGNES
Désormais il vous est possible de ne plus suivre le modèle traditionnel dans lequel vous devez répondre à des questions en faisant pour chaque question un minimum de lignes. Aucune question ne vous ai posée, vous devez juste faire figurez quelques éléments que nous jugeons important de connaitre pour vous laisser jouer sur BCU.

Pour ceux qui ne connaissent pas le principe, il s'agit de faire une fiche de présentation sous forme de Rp. Vous devrez y faire figurer le plus d'informations possibles (la liste se trouve plus bas) de façons à ce que nous ayons connaissance de l'histoire de votre personnage, de son caractère et de son état d'esprit en général.

Comme cette présentation est présentée sous forme de RP, vous pouvez la rédiger à la première ou à la troisième personne du singulier, faites à votre guise ... hakunamatata
Il vous est donc demandé de faire figurer les éléments suivant :
- Présentation de l'enfance et la naissance de votre personnage. (avec pourquoi pas quelques anecdotes)
- Présentez votre personnage, son style vestimentaire, le genre de personnages avec lesquelles il a l'habitude de trainer.
- Développez en quelques phrases son caractère, ce qu'il aime/déteste ...
- Il est également important d'indiquer la raison de la venue à Berkeley et pourquoi pas les premières heures qu'y a passer votre personnage.
- Présentez le milieu et le cercle social dont est issu votre personnage.

Une fois tout ceci réalisé, vous pourrez sans problème ajouter à votre guise des éléments que nous n'exigeons pas forcément, ce n'est qu'un minimum, il n'y a évidemment pas de maximum. Laissez donc libre cours à votre inspiration.

Cet outil nous permet également d'évaluer votre niveau de RP car il est important, avant de commencer à jouer que nous soyons assuré que vous ayez le niveau du forum. Le but du jeu est simple : faire 50 lignes ce qui, il faut bien le dire n'est pas si colossale que ça ...
Comme pour un formulaire normal, vous disposez d'une semaine pour réaliser votre fiche, si par malchance vous ne pouviez pas la finir dans les temps, il vous sera possible de demander un petit délai supplémentaire de maximum une semaine.


avatar
Admin
Admin

Messages : 314
Date d'inscription : 04/07/2009

http://rayon-de-soleil.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Berkeley ~ bis

Message  Admin le Sam 17 Déc - 14:44

Prenom(s) Nom
▬ tag line ▬

▬ avant propos ▬
Gabrielle SHAKESPEARE, plus connu(e) sous le pseudonyme de Bibi a 20 ans et est né(e) le 12 février 1991 à Paris. De nationalité fançaise et anglaise mais d'origines Française et anglaise, elle est bisexuelle et est célibataire. Elle étudie en deuxième année dans le domaine de la Mode et fréquente la confrérie Alpha.

▬ si tu étais ... ▬
Un film ? : Bambi II
Une chanson ? : Sampo de Amorphis
Un plat ? : Everything
Un pays ? : France
Une couleur ? : Noir
Un animal ? : Chat
Un smiley ? : :hola:

Domaine d'etudes
▬ à traiter en dix lignes complètes ▬
•• Gabrielle Shakespeare est une adepte bien particulière de la Mode. Ce qu'elle préfère avant tout au travers de celle-ci, c'est son côté original et artistique. La haute couture c'est d'abord une porte de l'imagination qui s'ouvre sur un monde dont nul n'a encore fait le tour, car il est infini. La Mode est une façon comme une autre de montrer qui l'on est, et non ce que l'on est comme beaucoup le croit. Une femme à la mode n'est pas celle qui porte la dernière robe de Jean Paul Gauthier, c'est celle qui sait mettre en valeur la beauté de ses formes rien qu'en portant un simple tailleur. A chacun correspond un style, on peut le créer soi-même tout comme être aidé par une personne expérimenté dans le domaine, comme un styliste. Et c'est cela que la blonde étudie, le stylisme. C'est une véritable passion pour elle. Ce qu'elle désir le plus, c'est aller toujours plus loin dans ces créations, pour les mettre ensuite à la porter de tous. Ainsi toute personne aurait l'occasion de montrer à son entourage qui elle est par ce qu'elle porte, qu'elle que soit son origine social. Cet amour pour la haute couture lui venait de sa grand mère, elle-même icône de la mode. Pour Mlle Shakespeare, cela commença par de simples dessins, qui évoluèrent en même temps que son talent de couturière. Très vite, elle commença à créer ses propres sacs, puis ses propres vêtements. Lorsqu'elle se fit remarquer par ces amis, l'adolescente commença à utiliser ses capacités pour autrui tout en développant son art. Pourtant, Gabrielle ne fut jamais intéressée par le mannequinat, ou par la célébrité. Ces filles taillées comme des cure-dents, arrogantes et inutiles, la répugnaient! Elle ne comprenait pas comment est-ce qu'on pouvait faire de la Mode une image aussi fermée et aussi fausse. Le style devrait être à la portée de chacun, et les stylistes devraient pouvoir créer pour qui aiment leur métier, et pas seulement pour des gens dénué de goût ou assoiffé d'argent et de popularité. Mais pour la demoiselle, les employés de la Mode étaient de véritable artistes, au même titre que les peintres ou que les écrivains. Ils ont une perception bien à eux du monde, et c'est cette différence qui faisait frissonner la blondinette. Ainsi, Gabrielle décida de faire du stylisme son métier. Elle travailla dur pour se donner le plus de moyens possible et pour pouvoir découvrir l'industrie de la Mode en profondeur. Puis, elle débarqua à San Francisco pour entrée à Berkeley University.
Confrerie
▬ 3 choix à détailler en 5 lignes chacun ▬
•• ALPHA : La blondinette a une volonté de fer, elle ne se décourage jamais et lorsqu'elle se sent dérivée, la seule chose qui la remonte en selle sont ses études. Elle aime la mode et compte bien devenir l'une des stylistes les plus renommés des États Unis -voir du monde entier-. Cette confrérie l'intéresse d'abord pour son sérieux. Les étudiants veulent se décrocher des autres et aller plus loin, grâce à leurs études, tout comme Gabrielle. Le petit démon qui se cache en elle, mesquin, possessif, et arrogant lui permet de travailler dur et d'être la meilleure dans son domaine. Mais sans jamais oublier de s'amuser, de rire et de découvrir ce qui entour la belle.
••SIGMA : Mlle Shakespeare est avant tout, une rêveuse et une artiste, bien avant d'être un bourreau du travail. Elle ne le montre pas, mais elle renferme en elle des dons exceptionnels! Par le stylisme, elle met en valeur son talent de couturière et de dessinatrice, mais dans sa chambre sont cachés une multitude d'écrits aussi beaux les uns que les autres. Cette confrérie lui conviendrait parfaitement, car elle a ça dans la peau. Le dessin, la littérature, la danse, la musique, la peinture... Gabrielle touche à tout, elle apprend vite, est douée et passionnée bien qu'elle ne le montre pas assez. Par exemple, très peu de personnes savent que la blonde chante pratiquement tous les soirs dans un bar...
•• BETA-DELTA : Gabrielle est une jeune femme intelligente, attentionnée, amusante, et surtout majestueuse. Elle est gracieuse et manipulatrice, mais n'oublie jamais que le plus important ça n'est pas le regard des autres. Malgré cela, elle joue parfaitement de sa beauté, et profite bien plus qu'il n'y paraît de l'attention que les gens lui portent. Sa popularité serait dû à sa gentillesse, à son style, et surtout à sa sociabilité. En effet, cette dernière a ce que l'on appel la « tchatche ». Elle n'hésite pas à accoster les inconnus, elle dit souvent ce qu'elle pense et met un point d'honneur à éviter de juger les ceux qu'elle croise, bien que ce ne soit pas toujours évident.
Celui qui se cache derriere
▬ au niveau de l'avatar▬
Célébrité sur l'avatar : Pixie Lott
Acceptes-tu de doubler ton avatar ? : OUI [X] que si le scénario est intéressant!
Personnage Inventé, Scénario, ou Prédef' ? : Inventé
Crédit de l'avatar : by LOU ★
•••••
▬ toi joueur d'un futur berkeléen▬
    •• Pseudo/prénom : ...
    •• Âge : ...
    •• Des remarques sur le forum ? : Good mais j’ai de l’expérience et on verra si celui-ci est à la hauteur Wink
    •• Te sens-tu un peu perdu(e) ? : Oui, au niveau des confréries. On fait comment pour choisir ??
    •• Double compte ? : Non
    •• Déjà inscrit ici ? : Oui
    •• Fréquence de connexion : Indéterminée pendant les vacances, le week end pendant les périodes scolaire
    •• Exemple de rp :
    Spoiler:
    Connaissez-vous la "vie nocturne" ? Je penses que oui, quand même. Vous ne l'avez peut-être pas côtoyé ou vécu, mais vous en avez certainement déjà entendu parler. Personnellement, je la qualifierait en tant qu'envers du décor, de coulisses du spectacle, ou encore, d'une autre dimension, ou même d'un autre monde. Mais ça, c'est mon avis. Car chacun la perçoit différemment, en fonction de ses expériences bonnes ou mauvaises, de sa non-expérience, et à ce moment là, on ne peut se baser que sur le témoignage d'un autre, on est donc pas objectif. Contrairement à ce que certain pensent, ce n'est pas forcément mauvais, ou nul de vivre après le soleil. Mais on ne peut pas non plus affirmer que cela est bien, et agréable. Ça dépend encore une fois de l'individu, et de son vécu. Ne vous fiez jamais aux aprioris, aux rumeurs, et aux ragots, ça ne rapporte souvent que des problèmes, et ce n'est pas du tout objectif. Il faut essayer pour approuver, c'est bien connu!

    Pour revenir à notre histoire, Loanna, elle, se fichait pas mal de l'avis de quelqu'un d'autre. Elle a toujours préféré tester par elle-même. Ça ne lui a pas rapporté que du bon, mais elle reste sur ces positions. La vie nocturne, elle adore ça. Elle la trouva magique, différente et agréable. Ce n'est pas le genre de fille qui court de boîte en boîte pour s'amuser, ou boire, ce n'est pas une droguée qui ne cherche que sa dose, et ce n'est pas une employée de la nuit. Non, la jeune femme n'est rien de tout cela. Elle ne vit pas la nuit, elle la côtoie, elle l'admire, elle regarde passer pendant des heures entières.

    Il était vingt-deux heures. Dame Nature était d'humeur médiocre cette nuit là. Ainsi, une pluie torrentielle s'abattait sur New-York, engloutissant gaiement la Statue de la Liberté ; un vent magnifique retournait les parapluies, et trempait jusqu'aux os les habitants de la Terre ; et les plus mal chanceux tentaient vivement de rentrer chez eux. Avec toute cette eau, la pollution new-yorkaise était nettoyée, et l'air pur s'affirmait enfin. Malheureusement, même si de nombreuses étoiles brillaient de mille feu, on ne pouvait guère les voir, à moins de se prendre une bonne douche glacée.

    D'ordinaire, Loanna se serait promenée sous la pluie, toute la nuit, avec une gigantesque sourire aux lèvres. (Pensez-vous que mon héroïne est folle ? Je vous affirme que non ! Écoutez plutôt la suite, au lieu de vous faire de fausses idées.) Pourtant, ce jour là, elle n'était pas dans son assiette. Elle se sentait bizarrement seule, et elle trouvait cela très étrange. Ça n'a jamais été dans ses habitudes de se plaindre de la solitude.

    Avez-vous déjà connu ce sentiment ? Celui qui vous prend toute votre énergie, toutes vos envies, toute votre volonté, toute votre âme ! Celui qui vous fatigue, sans pour autant vous donner le sommeil. Celui qui vous noue la gorge. Celui qui vous force à vous questionnez sur le fait que vous êtes sur Terre, et pourquoi. Eh bien c'était ce que ressentait Loanna, et elle n'aimait pas du tout cet état. Jamais elle ne l'avait ressentit, sauf lorsque son grand-père quitta le domicile familiale. Mais ça c'est une autre histoire... Je disais donc que notre héroïne n'allait pas bien du tout. Elle était sortie comme à son habitude vers vingt heure, et avait errer dans les rues de New-York, avant de finalement entrer dans ce bar.

    D'ailleurs il n'était pas aussi vide que l'on aurait pu le penser. Il était bientôt vingt-trois heure pile, et il y avait encore beaucoup de monde. Des gens qui travaillaient tard, et qui rentrait enfin chez leurs femmes. D'autres qui venaient justement boire un dernier café avant d'aller à leur boulot. Des jeunes aussi. En groupe. Ils prenaient un verre, se saoulaient, et parlaient fort. Leurs voix résonnaient dans la tête de notre jeune étudiante, qui aurait aimé avoir un peu de paix, plutôt que du bruit. Malheureusement, ça ne l'empêchait pas de broyer du noir. Pour le faire, il lui suffisait juste de planter ses yeux en amandes dans le noir de la nuit, d'observer tristement la vie nocturne, et de se laisser engloutir de pensées obscures.

    Le mouvement battait son plein dehors, car New-York est une grande ville, qui comporte des habitants actifs 24/24. Pourtant ce n'est pas eux qu'Alexis fixait. La jeune israëlienne regardait le temps. Et oui. Allez savoir pourquoi ! Peut-être parce-que cette jeune fille aime la météo. Elle aime l'observer, comme pour percer ces secrets les plus intimes. Lorsqu'elle était petite, elle passait des heures devant la fenêtre quant il pleuvait. Des heures. Comme cette nuit, où l'étudiante retrouva ses cinq ans. Elle retrouva l'innocence, la crainte, et la fragilité d'une toute petite fille. C'est pour cela qu'elle ne voyait pas les minutes filer.

    Il était bientôt minuit, et Loanna Hilly David était toujours là. Au fond du bar "The Friendship's Drink", affalée sur sa table avec un verre vide entre les doigts, ne portant qu'un simple jean, un pull en laine blanc par dessus un débardeur, et une paire de basket. Des vêtement peu adéquate pour un temps pareil. Et pourtant elle s'en fichait éperdument. Elle était totalement absorbée par les énormes nuages noirs qui s'entrechoquaient furieusement, la pluie qui martelait la célèbre ville, le tonnerre qui grondait de toutes ses forces, et les éclairs qui menaçaient d'électrocuté un humain à tout moment.
    •• Mot de passe :
    Spoiler:
    Coït Tower

Histoire
▬ l'histoire du personnage, 50 lignes min.▬


Chaque individu -quel qu'il soit- porte en lui le secret de son existence composée de bonheur comme de malheur. On ne se dévoile jamais entièrement au monde qui nous entoure. Le sens du mot "vérité" change du tout au tout selon le message que veut faire passer le locuteur à son destinataire. On conte une histoire, on oublie des éléments, on ne se souvient pas, on ne raconte qu'une partie de la vérité, on cache des choses, on ment... Pour chaque personne, il y a une part du passé qu'il faudrait effacer ou encore supprimer de sa mémoire. Pourtant, ces instants sont bels et bien là, ils ont existé, et reste même au présent à jamais pour certain. On ne peut donc rétablir totalement le puzzle d'une existence, même si on croit bien le/la connaitre. Heureusement, la consolation à se constat est que l'on peut en apprendre beaucoup de chacun rien que par ses attitudes et son comportement. Malgré ce que l'on peut penser du mot "vérité", il y a des moments qui nous marques, à tel point que l'on ne peut les cacher. Puis il y en a d'autres qui sont gravés dans les souvenirs de nos proches et dont on ne peut faire abstraction. Voici donc pourquoi je ne peux vous conter qu'une infime partie de la vie de cette Demoiselle.

Mais commençons par le commencement voulez-vous. Pour mieux cerner la blonde fatale, voici quelques traits de son caractère bien trempé. Douce, attentionnée, agréable, pleine de vie, de joie et de bonne humeur, la jeune femme est vive et accueillante. Au premier abord, c'est une personne sociable, polie, et sérieuse. Mais lorsqu'on la connait un peu mieux, on s'aperçoit vite que derrière sa grande maturité se cache un goût très prononcé pour les petites folies, le désordre et l'éclat de rire. Elle est quelque peu possessive, d'une très grande fierté, mesquine et cinglante pour qui la cherche de trop, mais surtout d'une curiosité immense, ce qui lui vaut l'admiration de certains, et la méfiance d'autres. Avec cela, elle est peu bavarde, très attentive, et quelque peu maladroite. Elle ne s'éternise jamais sur son vécu, ou sur ses sentiments. On l'aime, certain l'admire, pourtant lorsque l'on croit la connaitre vraiment, elle nous file entre les doigts en nous étonnant de nouveau. Au final, c'est un véritable mystère, car la jolie blonde ne dévoile qu'une infime partie d'elle-même au monde extérieur. On ne voit donc de la déesse, que ce qu'elle accepte de nous montrer. Bien que malgré ses nombreux défauts, et ses secrets bien gardés, Gabrielle reste une personne plus que généreuse et pleine de talents multiples.

Une petite description rapide de son physique ?
Lorsque ses grands yeux noisettes se posent sur votre personne, ils vous transpercent l'âme. Pourtant le regard qu'ils vous portent n'est doté que de curiosité et d'une pointe de douceur. Mais par réflexe, vous baisserez les yeux. C'est alors que vous remarquerez sa taille de guêpe, ses formes parfaites et son élégante silhouette. Le plus souvent, elle est habillée classe, ou avec des vêtements simples mais chics, car elle déteste être "mal sapée". Vous admirerez ensuite sa chevelure dorée délicatement posée sur ses épaules ; sa poitrine bien formée ; ses fines mains manucurées ; et ses jolies gambettes élancées. Cette jeune femme tout à fait charmante vous tapera dans l'œil avec son allure gracieuse et son visage angélique. Vous serez séduit par son parfum si délicat, et sa voix si sensuelle. Mais alors que vous vous imaginerez dans un rêve, vous vous apercevrez à vos dépends que cette créature est belle et bien réelle et que les apparences sont bien souvent trompeuses.



U.C

avatar
Admin
Admin

Messages : 314
Date d'inscription : 04/07/2009

http://rayon-de-soleil.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Berkeley ~ bis

Message  Admin le Lun 26 Déc - 18:04

Prenom(s) Nom
▬ tag line ▬

▬ avant propos ▬
Gabrielle SHAKESPEARE, plus connu(e) sous le pseudonyme de Bibi a 20 ans et est né(e) le 12 février 1991 à Paris. De nationalité fançaise et anglaise mais d'origines Française et anglaise, elle est bisexuelle et est célibataire. Elle étudie en deuxième année dans le domaine de la Mode et fréquente la confrérie Alpha.

▬ si tu étais ... ▬
Un film ? : Bambi II
Une chanson ? : Sampo de Amorphis
Un plat ? : Everything
Un pays ? : France
Une couleur ? : Noir
Un animal ? : Chat
Un smiley ? : :hola:

Domaine d'etudes
▬ à traiter en dix lignes complètes ▬
•• Gabrielle Shakespeare est une adepte bien particulière de la Mode. Ce qu'elle préfère avant tout au travers de celle-ci, c'est son côté original et artistique. La haute couture c'est d'abord une porte de l'imagination qui s'ouvre sur un monde dont nul n'a encore fait le tour, car il est infini. La Mode est une façon comme une autre de montrer qui l'on est, et non ce que l'on est comme beaucoup le croit. Une femme à la mode n'est pas celle qui porte la dernière robe de Jean Paul Gauthier, c'est celle qui sait mettre en valeur la beauté de ses formes rien qu'en portant un simple tailleur. A chacun correspond un style, on peut le créer soi-même tout comme être aidé par une personne expérimenté dans le domaine, comme un styliste. Et c'est cela que la blonde étudie, le stylisme. C'est une véritable passion pour elle. Ce qu'elle désir le plus, c'est aller toujours plus loin dans ces créations, pour les mettre ensuite à la porter de tous. Ainsi toute personne aurait l'occasion de montrer à son entourage qui elle est par ce qu'elle porte, qu'elle que soit son origine social. Cet amour pour la haute couture lui venait de sa grand mère, elle-même icône de la mode. Pour Mlle Shakespeare, cela commença par de simples dessins, qui évoluèrent en même temps que son talent de couturière. Très vite, elle commença à créer ses propres sacs, puis ses propres vêtements. Lorsqu'elle se fit remarquer par ces amis, l'adolescente commença à utiliser ses capacités pour autrui tout en développant son art. Pourtant, Gabrielle ne fut jamais intéressée par le mannequinat, ou par la célébrité. Ces filles taillées comme des cure-dents, arrogantes et inutiles, la répugnaient! Elle ne comprenait pas comment est-ce qu'on pouvait faire de la Mode une image aussi fermée et aussi fausse. Le style devrait être à la portée de chacun, et les stylistes devraient pouvoir créer pour qui aiment leur métier, et pas seulement pour des gens dénué de goût ou assoiffé d'argent et de popularité. Mais pour la demoiselle, les employés de la Mode étaient de véritable artistes, au même titre que les peintres ou que les écrivains. Ils ont une perception bien à eux du monde, et c'est cette différence qui faisait frissonner la blondinette. Ainsi, Gabrielle décida de faire du stylisme son métier. Elle travailla dur pour se donner le plus de moyens possible et pour pouvoir découvrir l'industrie de la Mode en profondeur. Puis, elle débarqua à San Francisco pour entrée à Berkeley University.
Confrerie
▬ 3 choix à détailler en 5 lignes chacun ▬
•• ALPHA : La blondinette a une volonté de fer, elle ne se décourage jamais et lorsqu'elle se sent dérivée, la seule chose qui la remonte en selle sont ses études. Elle aime la mode et compte bien devenir l'une des stylistes les plus renommés des États Unis -voir du monde entier-. Cette confrérie l'intéresse d'abord pour son sérieux. Les étudiants veulent se décrocher des autres et aller plus loin, grâce à leurs études, tout comme Gabrielle. Le petit démon qui se cache en elle, mesquin, possessif, et arrogant lui permet de travailler dur et d'être la meilleure dans son domaine. Mais sans jamais oublier de s'amuser, de rire et de découvrir ce qui entour la belle.
••SIGMA : Mlle Shakespeare est avant tout, une rêveuse et une artiste, bien avant d'être un bourreau du travail. Elle ne le montre pas, mais elle renferme en elle des dons exceptionnels! Par le stylisme, elle met en valeur son talent de couturière et de dessinatrice, mais dans sa chambre sont cachés une multitude d'écrits aussi beaux les uns que les autres. Cette confrérie lui conviendrait parfaitement, car elle a ça dans la peau. Le dessin, la littérature, la danse, la musique, la peinture... Gabrielle touche à tout, elle apprend vite, est douée et passionnée bien qu'elle ne le montre pas assez. Par exemple, très peu de personnes savent que la blonde chante pratiquement tous les soirs dans un bar...
•• BETA-DELTA : Gabrielle est une jeune femme intelligente, attentionnée, amusante, et surtout majestueuse. Elle est gracieuse et manipulatrice, mais n'oublie jamais que le plus important ça n'est pas le regard des autres. Malgré cela, elle joue parfaitement de sa beauté, et profite bien plus qu'il n'y paraît de l'attention que les gens lui portent. Sa popularité serait dû à sa gentillesse, à son style, et surtout à sa sociabilité. En effet, cette dernière a ce que l'on appel la « tchatche ». Elle n'hésite pas à accoster les inconnus, elle dit souvent ce qu'elle pense et met un point d'honneur à éviter de juger les ceux qu'elle croise, bien que ce ne soit pas toujours évident.
Celui qui se cache derriere
▬ au niveau de l'avatar▬
Célébrité sur l'avatar : Pixie Lott
Acceptes-tu de doubler ton avatar ? : OUI [X] que si le scénario est intéressant!
Personnage Inventé, Scénario, ou Prédef' ? : Inventé
Crédit de l'avatar : by LOU ★
•••••
▬ toi joueur d'un futur berkeléen▬
    •• Pseudo/prénom : ...
    •• Âge : ...
    •• Des remarques sur le forum ? : Good mais j’ai de l’expérience et on verra si celui-ci est à la hauteur Wink
    •• Te sens-tu un peu perdu(e) ? : Oui, au niveau des confréries. On fait comment pour choisir ??
    •• Double compte ? : Non
    •• Déjà inscrit ici ? : Oui
    •• Fréquence de connexion : Indéterminée pendant les vacances, le week end pendant les périodes scolaire
    •• Exemple de rp :
    Spoiler:
    Connaissez-vous la "vie nocturne" ? Je penses que oui, quand même. Vous ne l'avez peut-être pas côtoyé ou vécu, mais vous en avez certainement déjà entendu parler. Personnellement, je la qualifierait en tant qu'envers du décor, de coulisses du spectacle, ou encore, d'une autre dimension, ou même d'un autre monde. Mais ça, c'est mon avis. Car chacun la perçoit différemment, en fonction de ses expériences bonnes ou mauvaises, de sa non-expérience, et à ce moment là, on ne peut se baser que sur le témoignage d'un autre, on est donc pas objectif. Contrairement à ce que certain pensent, ce n'est pas forcément mauvais, ou nul de vivre après le soleil. Mais on ne peut pas non plus affirmer que cela est bien, et agréable. Ça dépend encore une fois de l'individu, et de son vécu. Ne vous fiez jamais aux aprioris, aux rumeurs, et aux ragots, ça ne rapporte souvent que des problèmes, et ce n'est pas du tout objectif. Il faut essayer pour approuver, c'est bien connu!

    Pour revenir à notre histoire, Loanna, elle, se fichait pas mal de l'avis de quelqu'un d'autre. Elle a toujours préféré tester par elle-même. Ça ne lui a pas rapporté que du bon, mais elle reste sur ces positions. La vie nocturne, elle adore ça. Elle la trouva magique, différente et agréable. Ce n'est pas le genre de fille qui court de boîte en boîte pour s'amuser, ou boire, ce n'est pas une droguée qui ne cherche que sa dose, et ce n'est pas une employée de la nuit. Non, la jeune femme n'est rien de tout cela. Elle ne vit pas la nuit, elle la côtoie, elle l'admire, elle regarde passer pendant des heures entières.

    Il était vingt-deux heures. Dame Nature était d'humeur médiocre cette nuit là. Ainsi, une pluie torrentielle s'abattait sur New-York, engloutissant gaiement la Statue de la Liberté ; un vent magnifique retournait les parapluies, et trempait jusqu'aux os les habitants de la Terre ; et les plus mal chanceux tentaient vivement de rentrer chez eux. Avec toute cette eau, la pollution new-yorkaise était nettoyée, et l'air pur s'affirmait enfin. Malheureusement, même si de nombreuses étoiles brillaient de mille feu, on ne pouvait guère les voir, à moins de se prendre une bonne douche glacée.

    D'ordinaire, Loanna se serait promenée sous la pluie, toute la nuit, avec une gigantesque sourire aux lèvres. (Pensez-vous que mon héroïne est folle ? Je vous affirme que non ! Écoutez plutôt la suite, au lieu de vous faire de fausses idées.) Pourtant, ce jour là, elle n'était pas dans son assiette. Elle se sentait bizarrement seule, et elle trouvait cela très étrange. Ça n'a jamais été dans ses habitudes de se plaindre de la solitude.

    Avez-vous déjà connu ce sentiment ? Celui qui vous prend toute votre énergie, toutes vos envies, toute votre volonté, toute votre âme ! Celui qui vous fatigue, sans pour autant vous donner le sommeil. Celui qui vous noue la gorge. Celui qui vous force à vous questionnez sur le fait que vous êtes sur Terre, et pourquoi. Eh bien c'était ce que ressentait Loanna, et elle n'aimait pas du tout cet état. Jamais elle ne l'avait ressentit, sauf lorsque son grand-père quitta le domicile familiale. Mais ça c'est une autre histoire... Je disais donc que notre héroïne n'allait pas bien du tout. Elle était sortie comme à son habitude vers vingt heure, et avait errer dans les rues de New-York, avant de finalement entrer dans ce bar.

    D'ailleurs il n'était pas aussi vide que l'on aurait pu le penser. Il était bientôt vingt-trois heure pile, et il y avait encore beaucoup de monde. Des gens qui travaillaient tard, et qui rentrait enfin chez leurs femmes. D'autres qui venaient justement boire un dernier café avant d'aller à leur boulot. Des jeunes aussi. En groupe. Ils prenaient un verre, se saoulaient, et parlaient fort. Leurs voix résonnaient dans la tête de notre jeune étudiante, qui aurait aimé avoir un peu de paix, plutôt que du bruit. Malheureusement, ça ne l'empêchait pas de broyer du noir. Pour le faire, il lui suffisait juste de planter ses yeux en amandes dans le noir de la nuit, d'observer tristement la vie nocturne, et de se laisser engloutir de pensées obscures.

    Le mouvement battait son plein dehors, car New-York est une grande ville, qui comporte des habitants actifs 24/24. Pourtant ce n'est pas eux qu'Alexis fixait. La jeune israëlienne regardait le temps. Et oui. Allez savoir pourquoi ! Peut-être parce-que cette jeune fille aime la météo. Elle aime l'observer, comme pour percer ces secrets les plus intimes. Lorsqu'elle était petite, elle passait des heures devant la fenêtre quant il pleuvait. Des heures. Comme cette nuit, où l'étudiante retrouva ses cinq ans. Elle retrouva l'innocence, la crainte, et la fragilité d'une toute petite fille. C'est pour cela qu'elle ne voyait pas les minutes filer.

    Il était bientôt minuit, et Loanna Hilly David était toujours là. Au fond du bar "The Friendship's Drink", affalée sur sa table avec un verre vide entre les doigts, ne portant qu'un simple jean, un pull en laine blanc par dessus un débardeur, et une paire de basket. Des vêtement peu adéquate pour un temps pareil. Et pourtant elle s'en fichait éperdument. Elle était totalement absorbée par les énormes nuages noirs qui s'entrechoquaient furieusement, la pluie qui martelait la célèbre ville, le tonnerre qui grondait de toutes ses forces, et les éclairs qui menaçaient d'électrocuté un humain à tout moment.
    •• Mot de passe :
    Spoiler:
    code ok; cameron

Histoire
▬ l'histoire du personnage, 50 lignes min.▬


Chaque individu -quel qu'il soit- porte en lui le secret de son existence composée de bonheur comme de malheur. On ne se dévoile jamais entièrement au monde qui nous entoure. Le sens du mot "vérité" change du tout au tout selon le message que veut faire passer le locuteur à son destinataire. On conte une histoire, on oublie des éléments, on ne se souvient pas, on ne raconte qu'une partie de la vérité, on cache des choses, on ment... Pour chaque personne, il y a une part du passé qu'il faudrait effacer ou encore supprimer de sa mémoire. Pourtant, ces instants sont bels et bien là, ils ont existé, et reste même au présent à jamais pour certain. On ne peut donc rétablir totalement le puzzle d'une existence, même si on croit bien le/la connaitre. Heureusement, la consolation à se constat est que l'on peut en apprendre beaucoup de chacun rien que par ses attitudes et son comportement. Malgré ce que l'on peut penser du mot "vérité", il y a des moments qui nous marques, à tel point que l'on ne peut les cacher. Puis il y en a d'autres qui sont gravés dans les souvenirs de nos proches et dont on ne peut faire abstraction. Voici donc pourquoi je ne peux vous conter qu'une infime partie de la vie de cette Demoiselle.

Mais commençons par le commencement voulez-vous. Pour mieux cerner la blonde fatale, voici quelques traits de son caractère bien trempé. Douce, attentionnée, agréable, pleine de vie, de joie et de bonne humeur, la jeune femme est vive et accueillante. Au premier abord, c'est une personne sociable, polie, et sérieuse. Mais lorsqu'on la connait un peu mieux, on s'aperçoit vite que derrière sa grande maturité se cache un goût très prononcé pour les petites folies, le désordre et l'éclat de rire. Elle est quelque peu possessive, d'une très grande fierté, mesquine et cinglante pour qui la cherche de trop, mais surtout d'une curiosité immense, ce qui lui vaut l'admiration de certains, et la méfiance d'autres. Avec cela, elle est peu bavarde, très attentive, et quelque peu maladroite. Elle ne s'éternise jamais sur son vécu, ou sur ses sentiments. On l'aime, certain l'admire, pourtant lorsque l'on croit la connaitre vraiment, elle nous file entre les doigts en nous étonnant de nouveau. Au final, c'est un véritable mystère, car la jolie blonde ne dévoile qu'une infime partie d'elle-même au monde extérieur. On ne voit donc de la déesse, que ce qu'elle accepte de nous montrer. Bien que malgré ses nombreux défauts, et ses secrets bien gardés, Gabrielle reste une personne plus que généreuse et pleine de talents multiples.

Une petite description rapide de son physique ?
Lorsque ses grands yeux noisettes se posent sur votre personne, ils vous transpercent l'âme. Pourtant le regard qu'ils vous portent n'est doté que de curiosité et d'une pointe de douceur. Mais par réflexe, vous baisserez les yeux. C'est alors que vous remarquerez sa taille de guêpe, ses formes parfaites et son élégante silhouette. Le plus souvent, elle est habillée classe, ou avec des vêtements simples mais chics, car elle déteste être "mal sapée". Vous admirerez ensuite sa chevelure dorée délicatement posée sur ses épaules ; sa poitrine bien formée ; ses fines mains manucurées ; et ses jolies gambettes élancées. Cette jeune femme tout à fait charmante vous tapera dans l'œil avec son allure gracieuse et son visage angélique. Vous serez séduit par son parfum si délicat, et sa voix si sensuelle. Mais alors que vous vous imaginerez dans un rêve, vous vous apercevrez à vos dépends que cette créature est belle et bien réelle et que les apparences sont bien souvent trompeuses.


Voici maintenant un petit récit qui vous ouvrira une porte du passé de la belle blonde. Une page du livre de sa vie, écrite rien que pour vous.

Paris - le 12 février 1991
Le bébé ouvrit les yeux pour la première de sa vie, et tandis qu'il hurlait de toutes ses forces, il faisait le bonheur d'un jeune couple d'amoureux. Cet enfant fut nommé Gabrielle, sans doute pour que l'archange le protège d'avantage qu'un autre. Cette dernière fut élevée par une artiste talentueuse répondant au nom d'Ambre Shakespeare, qui lui donna tout l'amour d'une mère. Elle lui apprit le piano, la guitare ainsi que le chant et le dessin. Elle la protégea autant qu'elle le pu, et arma de courage sa fille pour qu'elle puisse s'intégrer sans peine à la société morbide qui l'attendait de pied ferme. Ambre choya son petit ange avec tendresse jusqu'à ce fameux jour où elle disparue dans un accident de voiture, laissant derrière elle un styliste renommé brisé et une enfant de cinq ans.

Gabrielle prit son courage à deux mains pour soutenir son père bien qu'elle ne soit encore qu'une petite fille. Elle apprit toutes ces leçons et rapporta d'excellents bulletins, sans jamais demandé d'aide à quiconque. Pour ne pas être à fardeau, la petite se forgea une armure et continua d'avancer et de grandir par elle-même. Son père qui l'aimait plus que tout au monde, essaya tant bien que mal de ne jamais décevoir son enfant même s'il n'était pas parfait. C'est d'ailleurs pour éviter de se retrouver seul pour éduquer sa fille, et pour se faire épauler qu'il retourna sur sa terre natale, l'Angleterre. Là-bas, sa famille les accueillie à bras ouvert partageant leur souffrant et leurs larmes. La blondinette fut toujours entourée, de son père, de ses grand-parents qu'elle adoraient ainsi que de ses amis, mais cela ne fit rien. Elle continuait de sourire, mais se renfermait dans un silence que nul n'arrivait à déjouer. En grandissant, elle devint une jeune adolescente époustouflante, et fit la fierté de tous. Elle ressemblait tant à sa mère! Ses yeux couleurs châtaignes, sa chevelure dorée et son caractère bien trempé rappelaient chaque jour à son père les vingts années de bonheur que lui avait donné sa femme. C'est d'ailleurs pour cela qu'il continua à parler français avec sa fille, pour que celle-ci garde trace à jamais de sa langue maternelle. Tous deux devinrent inséparables, proches comme les deux doigts de la mains, ils s'épaulèrent l'un l'autre du mieux qu'ils le pouvaient en hommage à l'être cher qu'ils avaient perdu.

Le temps s'écoula, et chaque années Gabrielle gagnait en beauté et en intelligence. Lorsqu'elle eu seize ans, elle rencontra un jeune londonien prénommé Jimmy. Âgé de huit années de plus que l'adolescente, ce dernier devint vite son confident, voir son grand frère qu'elle n'avait jamais eu. Les mois passèrent et les deux amis se rapprochèrent de plus en plus jusqu'à tomber amoureux l'un de l'autre. La complicité, l'entente et l'amour qui les réunissaient paraissaient plus fort que tout. Ainsi, la blondinette méfiante de nature baissa sa garde pour se plonger dans les bras de son conjoint. L'un et l'autre reprirent goût à la vie grâce à cet amour, comme s'ils étaient fait pour être ensemble. Pourtant, le destin en avait décidé autrement. L'écart d'âge entre eux ne pouvait convenir à Jimmy, bien qu'il aimait la jeune fille passionnément, il ne pouvait continuer. C'était un jeune de vingt-quatre ans déjà forgé à la vie, tandis qu'elle n'était qu'une enfant de seize ans qui se construisait encore chaque jour. Comment cela pourrait-il marcher ?! Deux mois après qu'ils se soient mis en couple, le jeune homme décida de quitté sa bien aimée pour qu'elle reprenne son envol, et qu'elle achève son adolescence.

Gabrielle fut anéantie. Elle qui n'avait confiance en personne, elle pourtant avait tout donné pour que leur histoire fonctionne. Mais apparemment, même en donnant toute sa personne, l'amour ne suffisait pas à réunir deux personnes pour la vie. Cette constatation la brisa d'avantage, à tel point qu'elle enchaîna les tentatives de suicides et les scarifications pendant plus d'un an. Son père désespérait de la voir se détruire de la sorte. Sa chère fille, son trésor, son rayon de soleil qu'il voyait se ternir un peu plus chaque fois qu'il la retrouvait à l'hôpital... Rongée par la dépression et par la tristesse, la demoiselle masqua les apparences tant bien que mal au monde extérieur tel que le lycée, et les amis. Elle continua malgré tout d'avancer, et eu son bac avec mention, car comme à la mort de sa mère elle se raccrocha à sa scolarité.

Puis arriva le jour de ses dix-huit ans. La belle prit ses bagages, quitta l'Union Européenne avec tout ce que cela représentait pour elle, et partit à l'autre bout du monde. C'est ainsi qu'elle arriva à la prodigieuse université de Berkeley, situé à San Francisco. En deux ans, elle se fit une place et devint aussi américaine que n'importe qu'elle autre jeune étudiante originaire de ce pays. Désormais, on l'apprécie, on lui fait confiance, et prêtant connaître la fameuse Gabrielle Shakespeare. Car ceux qui l'entourent ne peuvent s'imaginer que leur amie est une riche héritière londonienne brisée par la vie et par l'amour, qui fuit son passé à tout prix en espérant que la souffrance finira un jour de la dévorer.

avatar
Admin
Admin

Messages : 314
Date d'inscription : 04/07/2009

http://rayon-de-soleil.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Berkeley ~ bis

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum