Who are you? {pv Jonathan}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Who are you? {pv Jonathan}

Message  Admin le Jeu 4 Mar - 10:35


Who are You ?

Connaissez-vous la "vie nocturne" ? Je penses que oui, quand même. Vous ne l'avez peut-être pas côtoyé ou vécu, mais vous en avez certainement déjà entendu parler. Personnellement, je la qualifierait en tant qu'envers du décor, de coulisses du spectacle, ou encore, d'une autre dimension, ou même d'un autre monde. Mais ça, c'est mon avis. Car chacun la perçoit différemment, en fonction de ses expériences bonnes ou mauvaises, de sa non-expérience, et à ce moment là, on ne peut se baser que sur le témoignage d'un autre, on est donc pas objectif. Contrairement à ce que certain pensent, ce n'est pas forcément mauvais, ou nul de vivre après le soleil. Mais on ne peut pas non plus affirmer que cela est bien, et agréable. Ça dépend encore une fois de l'individu, et de son vécu. Ne vous fiez jamais aux aprioris, aux rumeurs, et aux ragots, ça ne rapporte souvent que des problèmes, et ce n'est pas du tout objectif. Il faut essayer pour approuver, c'est bien connu!

Pour revenir à notre histoire, Loanna, elle, se fichait pas mal de l'avis de quelqu'un d'autre. Elle a toujours préféré tester par elle-même. Ça ne lui a pas rapporté que du bon, mais elle reste sur ces positions. La vie nocturne, elle adore ça. Elle la trouva magique, différente et agréable. Ce n'est pas le genre de fille qui court de boîte en boîte pour s'amuser, ou boire, ce n'est pas une droguée qui ne cherche que sa dose, et ce n'est pas une employée de la nuit. Non, la jeune femme n'est rien de tout cela. Elle ne vit pas la nuit, elle la côtoie, elle l'admire, elle regarde passer pendant des heures entières.

Il était vingt-deux heures. Dame Nature était d'humeur médiocre cette nuit là. Ainsi, une pluie torrentielle s'abattait sur New-York, engloutissant gaiement la Statue de la Liberté ; un vent magnifique retournait les parapluies, et trempait jusqu'aux os les habitants de la Terre ; et les plus mal chanceux tentaient vivement de rentrer chez eux. Avec toute cette eau, la pollution new-yorkaise était nettoyée, et l'air pur s'affirmait enfin. Malheureusement, même si de nombreuses étoiles brillaient de mille feu, on ne pouvait guère les voir, à moins de se prendre une bonne douche glacée.

D'ordinaire, Loanna se serait promenée sous la pluie, toute la nuit, avec une gigantesque sourire aux lèvres. (Pensez-vous que mon héroïne est folle ? Je vous affirme que non ! Écoutez plutôt la suite, au lieu de vous faire de fausses idées.) Pourtant, ce jour là, elle n'était pas dans son assiette. Elle se sentait bizarrement seule, et elle trouvait cela très étrange. Ça n'a jamais été dans ses habitudes de se plaindre de la solitude.

Avez-vous déjà connu ce sentiment ? Celui qui vous prend toute votre énergie, toutes vos envies, toute votre volonté, toute votre âme ! Celui qui vous fatigue, sans pour autant vous donner le sommeil. Celui qui vous noue la gorge. Celui qui vous force à vous questionnez sur le fait que vous êtes sur Terre, et pourquoi. Eh bien c'était ce que ressentait Loanna, et elle n'aimait pas du tout cet état. Jamais elle ne l'avait ressentit, sauf lorsque son grand-père quitta le domicile familiale. Mais ça c'est une autre histoire... Je disais donc que notre héroïne n'allait pas bien du tout. Elle était sortie comme à son habitude vers vingt heure, et avait errer dans les rues de New-York, avant de finalement entrer dans ce bar.

D'ailleurs il n'était pas aussi vide que l'on aurait pu le penser. Il était bientôt vingt-trois heure pile, et il y avait encore beaucoup de monde. Des gens qui travaillaient tard, et qui rentrait enfin chez leurs femmes. D'autres qui venaient justement boire un dernier café avant d'aller à leur boulot. Des jeunes aussi. En groupe. Ils prenaient un verre, se saoulaient, et parlaient fort. Leurs voix résonnaient dans la tête de notre jeune étudiante, qui aurait aimé avoir un peu de paix, plutôt que du bruit. Malheureusement, ça ne l'empêchait pas de broyer du noir. Pour le faire, il lui suffisait juste de planter ses yeux en amandes dans le noir de la nuit, d'observer tristement la vie nocturne, et de se laisser engloutir de pensées obscures.

Le mouvement battait son plein dehors, car New-York est une grande ville, qui comporte des habitants actifs 24/24. Pourtant ce n'est pas eux qu'Alexis fixait. La jeune israëlienne regardait le temps. Et oui. Allez savoir pourquoi ! Peut-être parce-que cette jeune fille aime la météo. Elle aime l'observer, comme pour percer ces secrets les plus intimes. Lorsqu'elle était petite, elle passait des heures devant la fenêtre quant il pleuvait. Des heures. Comme cette nuit, où l'étudiante retrouva ses cinq ans. Elle retrouva l'innocence, la crainte, et la fragilité d'une toute petite fille. C'est pour cela qu'elle ne voyait pas les minutes filer.

Il était bientôt minuit, et Loanna Hilly David était toujours là. Au fond du bar "The Friendship's Drink", affalée sur sa table avec un verre vide entre les doigts, ne portant qu'un simple jean, un pull en laine blanc par dessus un débardeur, et une paire de basket. Des vêtement peu adéquate pour un temps pareil. Et pourtant elle s'en fichait éperdument. Elle était totalement absorbée par les énormes nuages noirs qui s'entrechoquaient furieusement, la pluie qui martelait la célèbre ville, le tonnerre qui grondait de toutes ses forces, et les éclairs qui menaçaient d'électrocuté un humain à tout moment.
avatar
Admin
Admin

Messages : 314
Date d'inscription : 04/07/2009

http://rayon-de-soleil.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Who are you? {pv Jonathan}

Message  Admin le Jeu 4 Mar - 10:36

La vie nocturne, voilà une vie que Jonathan avait connue de très près, normal il est acteur et même si il été jeune en début de carrière il avait toujours eut la chance d’aller dans des soirées toutes plus folles les unes que les autres. Ensuite il a vieillit et il a commencé à sortir en boite avec des amis, dans des bars, vivre la nuit change tout par rapport au jour. En été vous avez la chance d’avoir une fraicheur que vous n’avez pas durant la journée, la nuit tout est plus calme, enfin tout dépend d’où vous allez. Jon lui cherchait surtout les endroits bruyants et ultra fréquentés, ses endroits là était en tout point comparable à un bureau en pleine journée. Donc si vous voulez l’avis de Jonathan basé sur toutes les expériences qu’il a eut, il vous direz que vivre la nuit ou le jour sa ne change rien la vie est toujours la même, la fête est aussi bonne le jour ou la nuit, les dangers sont les mêmes, les voleurs, les violeurs et autres délinquants n’ont peur de rien, ils volent et violent le jour comme la nuit.
La nuit c’est vrai qu’on à toujours tendance à se lâcher pensant que la noirceur dehors permet de tout effacer, tout cacher, on à toujours tendance à boire beaucoup plus la nuit parce que la journée on travail, et surtout parce que l’on pense qu’on ne se ferra jamais arrêter. Chose qui est totalement fausse, mais la jeunesse doit se forger des expériences, avoir affaire à la police bien qu’une expérience désagréable reste une expérience qui marque, quand vous prenez une amende pour excès de vitesse ou pour conduite sous l’emprise d’alcool, et bien vous ne recommencez pas de si tôt.

Bon pour Jon tout avait changé depuis 4 mois, lui qui était un jeune comme les autres qui n’avait aucunes attaches et aucunes obligations avait eut un enfant, et oui il était papa, et un papa célibataire en plus, la mère de son fils été morte en donnant la vie à Angel, oui c’était le prénom de se magnifique bout de chou. Pour ce qui est de la mère c’est vrai qu’on ne voit pas souvent une personne mourir en accouchant c’est quelque chose de rare maintenant, mais bon sa arrive encore malheureusement. Pour la petite histoire la jeune femme été tombé enceinte pour garder Jonathan à ses cotés, chose qui n’avait pas marché, Jon ne voulait pas entendre parler de l’enfant, mais à sa naissance impossible de le mettre à l’orphelinat il avait décidé de s’en occuper. L’enfant ne manquerait de rien, Jon ayant beaucoup d’argent (argent gagné grâce au cinéma), l’enfant vivra dans une belle maison, avec les meilleurs aliments et les meilleurs couches.
Le premier mois fut tout de même difficile, ne sachant s’occuper d’un enfant il du prendre des cours, aidé par sa mère et une nourrisse, mais le jeune blond qu’est Jonathan ne voulait pas entendre parler d’une aide à domicile, voilà pourquoi il s’occupe seul de son enfant. Quand il va en cours il le laisse à la crèche, oui en Amérique les crèches prennent même les bébés. Le soir quand il veut sortir il trouve toujours une ame charitable pour garder son bout de chou, mais c’est assez rare. L’amour qu’il porte à son fils est énorme voilà surement pourquoi il ne sort plus beaucoup…

La semaine avait été rude, Jonathan été en période d’examen, il est en UFR 2 celle des langues, il en parlait pas moins de 8 il avait toujours eut un don pour les langues, don qu’il essayait de transmettre à son fils, il lui parlait donc en plusieurs langues, il lui parlait en Anglais, Espagnol et Français, les trois premières langues que parlait mister Jones. On a beau être tranquille en parlant 8 langues, quand les examens tombent on ressent tout de même un peu de stress, rajouter à se stress le fait de s’occuper d’un bébé tout en révisant et vous comprendrez pourquoi il avait besoin d’un peu de repos. Il laissa donc le jeune bébé à une bonne amie à lui Loan, elle était enceinte c’était pour elle comme un exercice, puis sa ne la dérangeait pas.
La séparation fut difficile, le bébé ne cessant de pleurer en l’absence de son papa, après deux longues heures il pu enfin partir, la soirée été totalement entamé il était bientôt 00h00 et le beau blond se dirigea donc vers un bar histoire de boire un coup et de se détendre, Loan lui avait donné la nuit de libre, s’occupant du petit jusqu’à midi, il avait donc de quoi faire.*

Il prit donc sa voiture, la pluie était forte on ne voyait même pas à 5 mètres, il se gara donc devant le premier bar qu’il vit, c’été le « Friendship’s Drink » un bar peu connu un peu miteux mais très fréquenté par les jeunes. Il entra donc vêtu d’un manteau noire qui le protégé de cette pluie qui ne cessait de tomber. Une fois à l’abri dans le bar il ôta se trench-coat laissant apparaitre son physique de sportif.
Il s’approcha du bar pour commander un verre, et décida ensuite de s’installer au fond du bar, un endroit ou peu de personnes se trouvaient, sauf une jeune femme qui ne pouvait qu’attirer le regard, elle était mignonne et n’était portait des vêtements qui n’allaient pas avec le temps dehors.
avatar
Admin
Admin

Messages : 314
Date d'inscription : 04/07/2009

http://rayon-de-soleil.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Who are you? {pv Jonathan}

Message  Admin le Jeu 4 Mar - 10:36

Loanna était complètement engloutit dans ses souvenirs. Elle laissait son chocolat fumé devant elle, les bras croisé sur la table. Elle ne répondait plus de rien, elle avait quitté le présent pour revivre son passé. Elle se revoyait assise sur une balançoire, en trin d'appeler son cher grand-père pour qu'il la pousse. Le sourire aux lèvres, il était derrière sa petite fille en deux secondes, en lui jurant qu'il serait toujours là pour elle. On entendait alors des rires accompagnés de cris d'enfants. La jeune fille avait alors quatre ou cinq ans. Puis, Lo repensait à leur maison de campagne. En pleine nature, entourée de champs et de forêts. Elle se souvenait des balades à cheval, de la traite des vaches, des myrtilles cueillit, et des tartes à la crèmes. Tout ceci en compagnie du père de sa mère. Il n'y avait qu'avec lui que Loanna pouvait vraiment échanger librement. Sa mère et sa grand-mère étant en froid, l'ambiance à la maison n'était pas toujours très gaie. Au contraire, celle-ci était souvent froide ainsi que silencieuse. Seul Patrick et Loanna animaient leurs vacances.

Un jour, Loanna n'avait alors qu'une dizaines d'années, elle était partit en balade avec son grand-père dans une des forêts d'Ile-de-France. Ils avaient prévu d'être de retour pour le dîner, et n'avaient comme provision qu'une simple plaquette de chocolat. Accompagné de Totor le golden retriever blanc du grand-père, Patrick enseigna à sa progéniture le nom des arbres, les traces des animaux, les oiseaux, les plantes, la nature, tout en lui parlant de la vie, des relations sociales, etc...
Patrick David était un grand homme. Certes il n'avait pas énormément d'argent, ni même un travail très respectable, mais il en connaissait long sur la vie. C'était un homme doux, agréable, gentil, galant, et digne de confiance. C'est d'ailleurs pourquoi Lo lui vouait une confiance totalement aveugle, et entière.
Ils marchaient depuis déjà deux heures, la fillette commençait à vraiment être fatigué, elle avait mal aux pieds, elle supplia donc son grand-père de faire une pause, ce qui l'accepta volontiers.
Lorsqu'ils furent assis sur un rocher, il s'écroula par terre, sa barre de chocolat à la main. Il ne bougeait plus, sa petite fille l'appelait, l'appelait encore et encore, mais il ne répondait pas. Elle criait, elle paniquait, elle ne comprenait pas. Pourquoi ne répondait-il plus? Pourquoi était-il là, par terre sans bouger ?! Loanna ne savait pas quoi faire. Elle appela à l'aide, mais de toute évidence, il n'y avait personne qui lui répondit. Elle se sentait seule, abandonnée, inutile. Elle n'avait qu'une envie, que son grand-père se réveil, et qu'ils rentrent main dans la main à la maison. Mais bien sûr ce n'est pas se qui se passa. La nuit tomba, heureusement, la petite fille pu se blottir contre son chien, à côté du corps froid de son ancêtre. Les minutes paraissaient des heures, les heures des années, et pour couronner le tout, il se mit à pleuvoir. Non pas une simple averse, une pluie torrentielle glaciale, qui ne semblait pas vouloir cesser. Loanna était trempée jusqu'au os, son chien l'étant aussi, elle avait froid, elle avait peur... Tellement peur, qu'à un moment donné de la nuit, le temps arrêta de passer pour la petite fille. Elle tenait si fort Totor que celui-ci eu un trou dans sa fourrure. Les arbres qui, le jour, étaient si beaux, semblaient tous vouloir la dévoré, et les petits animaux si inoffensifs et silencieux habituellement, faisait une cacophonie incompréhensible et terrifiante. Au bout de quelque temps, mais Loanna ne serait dire combien, un jour, deux, ou trois peut-être, une équipe de grands messieurs vinrent prendre la fillette en éblouissant avec leurs lampes torches. Mais tout ce qu'elle comprit, c'est qu'on l'éloignait de son grand-père adoré. Elle se mit alors à crier sans se préoccuper de sa voix: « Grand père! Grand père! Grand pèèèèère! »

Quand la petite blonde se réveilla, le lendemain, elle était entourée de mur blanc, avec sa mère et sa grand mère à ses côtés. Toutes deux se précipitèrent sur elle pour l'embrasser, et la cajoler. Après un ou deux jours à l'hôpital, Loanna eu la permission de rentrer chez elle. Quand elle fut arrivée, elle n'avait qu'une question en bouche: « Où est grand-père? » Elle pensait qu'il serait à la maison, et que tout cela n'était en fait qu'un horrible cauchemar! Pourtant, il n'était pas là, la maison était vide, ses affaires n'étaient plus là, d'ailleurs Totor aussi était absent. « Mais où sont-ils? » demandait Loanna.
Se fut sa mère qui lui apprit que Patrick avait fait une crise cardiaque, qu'il ne reviendrait plus. Que bien avant leur balade, il n'était déjà pas bien, mais il ne voulait pas que sa chère petite fille s'inquiète pour lui, alors il s'était tu. Et en se qui concernait Totor, la grand-mère ne supportait pas que le chien est survécu sans son maître, alors elle l'avait fait piquer.

Cette histoire n'est pas bien drôle, elle est même plutôt tragique, je trouve. Et bien, elle a marqué l'étudiante à vie. Depuis ce temps là, chaque pluie torrentielle lui rappelle son grand-père. Celle-là plus qu'une autre, allez savoir pourquoi. Ce douloureux souvenir envahit progressivement le tête blonde de la jeune femme. Neuf ans après, elle en voulait encore à Patrick de l'avoir laissé tomber, après lui avoir promis d'être toujours là pour elle. Il avait mentit! Et Totor? Était-il de sa faute si son maître était mort avant lui ?!
Loanna a toujours été d'une grande maturité, et dans ces relations, on l'avait souvent admiré pour son recul, mais lorsqu'il s'agissait de son grand-père, Loanna retrouvait ses dix ans, et ne pardonnait pas. Elle ne voulait pas pardonner, elle ne voulait pas oublier, elle ne voulait pas...
De chaudes larmes roulèrent alors sur ses joues, il y avait pourtant du monde, et se n'est pas dans ses habitudes de laisser autant transparaitre ses émotions. Elle avait toujours pensé que cela la rendait plus vulnérable. Mais elle avait si mal... En y repensant bien, elle s'était toujours sentit un peu seule depuis cette nuit là. Son ancêtre lui avait en plus laissé un terrible vide dans la poitrine, qui était de moins en moins supportable.

La mort de son grand-père lui paraissait si affreuse que Loanna ne pensait plus à rien, et se laissait couler dans des ténèbres sans fin. Par réflexe, elle plongea sa tête dans es bras, et ne fit plus attention à rien. Ni aux jeunes qui parlaient trop fort, ni au barman qui rigolait, ni même au beau jeune homme qui l'observait silencieusement depuis la table d'à côté. Ce qu'elle désirait à l'instant présent :
Oublier.
Mourir.
Ne plus souffrir.
avatar
Admin
Admin

Messages : 314
Date d'inscription : 04/07/2009

http://rayon-de-soleil.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Who are you? {pv Jonathan}

Message  Admin le Jeu 4 Mar - 10:36

Le passé la seule chose que l’on ne peut effacer que l’on ne peut oublier, et pourtant pour bien des personnes le passé n’est pas quelque chose de bon. Pour Jonathan le passé restait pour le moment quelque chose de bien, avec de bons souvenirs. Et oui quand on joue son premier rôle à trois ans, que à ce même âge on a comme parrain George Clooney, et bien on ne regrette rien, surtout qu’il n’a vraiment rien à regretter, sa famille lui apportait tout l’amour qu’il pouvait demander, ni son père ni sa mère n’avaient essayer de lui voler la fortune qu’il était entrain d’amasser (chose rare quand on sait que les parents de très jeunes stars ont toujours tendance à piquer dans le porte monnaie de leurs enfants). En gros il avait eut l’enfance que tout le monde aurait aimé avoir, amour, argent, réussite scolaire et même début de carrière. Jonathan avait pu côtoyer les plus grands acteurs et les plus grandes actrices de se monde, Bruce Willis, George Clooney j’en passe et des meilleurs.
De l’autre coté sa famille allait bien, ses parents s’aimaient et s’aiment toujours donc aucun divorce dans la famille, ses grands parents sont encore tous très jeune et en bon état, aucunes enguelades à la maison, un cadre totalement parfait. La seule chose que la famille n’avait pas et qu’il aurait toujours aimé avoir c’est un chien, mais franchement ne pas avoir de chien c’est quelque chose d’entièrement supportable et surtout quelque chose que le jeune homme avait facilement supporté. Il avait grandit dans le pays de Candi comme le disait son père à son propos. Ses grands parents habitaient tous à moins de 100 kilomètres de la maison familiale et l’esprit était bon, la famille se réunissant souvent pour faire de grands repas avec les cousins les cousines et tout le reste de la famille.
Encore un bon point, le fait que Jonathan soit le petit chouchou de la famille, avoir un fils, ou petit fils voir même un cousin qui passa à la télé et au cinéma. Donc il était toujours heureux de montrer les photos de lui, toujours heureux de raconter des anecdotes de films et de parler des défauts de tel ou tel acteur. Il était un magasine people à lui tout seul, oui les gens lui confiait tout il était un petit garçon sa soulageait de parler et surtout d’être sur qu’il n’irait pas tout balancer à la presse. Car oui la carrière du jeune garçon marchait de façon spécial, il était demandé par des stars de cinéma, il fallait toujours qu’il fasse bonne impression pour que sa marche. Son premier film il avait rencontré George Clooney qui lui avait permis de tourner deux ou trois autres films, sur l’un d’eux il avait rencontré Bruce Willis qui l’avait à nouveau prit en sympathie et lui avait permis de tourner deux ou trois autres films. Depuis l’âge de 18 ans il n’avait pas tourné de nouveau film, mais il avait déjà gagné beaucoup d’argent et avait préféré faire des études au cas où sa ne marcherait pas car oui dans la vie tout ne marche pas comme on le veut. Les promesses sont toujours très difficiles à tenir (comme celle du grand père de Loana), on lui avait toujours dit « A t’es 21 ans tu ferras le film de ta vie », c’était un réalisateur qui lui avait dit ça, il n’y avait donc plus qu’une année à attendre, une longue année.
Enfin pas si long que sa puisque la vie du beau jeune homme était tout de même pas mal remplie, études, et surtout son enfant, enfant qu’il n’avait pas prévu et qui pourtant avait été un don du ciel pour lui. Ok au début il pensait plutôt que Dieu lui en voulait et l’avait puni en lui envoyant se petit monstre, mais tout ça c’était le temps que la fibre paternel s’empare du corps du jeune homme. Maintenant qu’elle était en lui il était un vrai père poule, puis pas seulement avec son fils, le caractère de Jonathan avait changé il aurait presque été la voix de la sagesse, ne supportant pas de voir les autres souffrir il aurait été l’épaule sur laquelle se poser, la personne à qui parler quand rien ne va. Il avait vraiment changé est ses anciens copains lui disaient souvent, il avait prit un coup de vieux avec se bébé, mais sa vie est tellement belle maintenant qu’il ne le regrettait pas du tout.
Parfois il repense même au passé, que se serait il passé si la mère de son enfant n’était pas morte, il n’aurait jamais pu voir se bébé ou aurait été forcé de se mettre avec son ex pour le voir. Comme quoi même si quelqu’un été morte, même si le père de son ex en voulait beaucoup à Jonathan, il avait eut beaucoup de chance. C’était bien le seul a en avoir eut dans cette histoire, il avait évité un scandale médiatique en quittant une femme qu’il avait mit enceinte, et avait eut un enfant qu’il ne voulait pas…

Revenons en au présent, un jeune homme tranquillement entrain de boire un verre d’alcool, loin du train-train quotidien. Loin de tout le boulot qu’est le boulot d’être père additionné à celui d’être encore à l’université. En gros il était loin de penser qu’il allait tomber sur du malheur ici aussi. Enfin dans un bar on tombe toujours sur des ivrognes mais bon ils sont irrécupérables, ils boivent pour oublier jusqu’au moment ou il arrive à un stade ou ils ont tellement oublié qu’ils ne savent plus pourquoi ils boivent.
Mais là non c’était la belle jeune femme qui pleurait, puis elle avait devant elle un bol de chocolat chaud rien de bien alcoolisé…

Il prit son courage à deux mains, il allait peut être se faire remballer par la jeune femme, et on pourrait facilement le comprendre parce quand on vient ici ce n’est pas forcement pour se confier mais il prit tout de même le risque.


Jonathan dit : « Vous avez peut être besoin d’un peu de compagnie Mademoiselle ? »


La compagnie la seule chose qui permet de se changer les idées, la seule chose qui permet à une personne triste de penser à quelque chose de moins tristes. Mais la chose à ne jamais faire c’est d’essayer de se faire plaindre en essayant de prouver à une personne triste qu’on est plus malheureuse qu’elle…
avatar
Admin
Admin

Messages : 314
Date d'inscription : 04/07/2009

http://rayon-de-soleil.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Who are you? {pv Jonathan}

Message  Admin le Jeu 4 Mar - 10:38

Le temps défilait, la vie nocturne continuait, pourtant, Loanna ne comptait plus les années qui la séparait de son grand-père. Elle était plongée dans le passé. Elle revoyait cet homme de carrure moyenne, au cheveux gris, qui souriait sans cesse, toujours accompagné de son fidèle compagnon. Cet homme qui jadis, fut la seule présence masculine dans la vie de notre héroïne. Cet homme en qui elle avait une totale confiance. Cet homme qui l'avait trahit, qui lui avait mentit, et qui l'avait abandonnée sur le bord du chemin.
C'était le seul, l'unique homme de la vie de Loanna. La blonde n'avait jamais connu son géniteur, et au plus loin que lui revienne sa mémoire, sa mère n'avait jamais ramené d'homme à la maison. Il ne restait donc à l'étudiante plus rien pour se raccrocher à la vie, en dehors de sa mère. Mais cela ne lui suffisait pas. Elle avait besoin d'un homme, besoin d'une présence masculine. Un jour, Dieu s'était penché sur son sort, et lui avait donné un ange, sans doute pour remettre l'adolescente sur le bon chemin. Mais un ans après, alors que Loanna sortait d'une période affreuse, et qu'elle se remettait sur les rails de le vie, Dieu lui avait retiré l'ange, pensant sûrement qu'elle n'en avait plus besoin.
Ces pertes successives d'un être cher avait détruit Loanna. En entrant à l'université, elle commençait tout doucement à remonter la pente, mais le boulet qu'était son passé était toujours enchaîné à ses pieds.

Mais comprenez-cous réellement ce qu'elle ressent ? Avez-vous besoin de quelques explications ? Je pense que oui. Je vais donc donner un peu plus de détails. Lorsque Loanna avait dix-sept ans, elle connu l'amour. Il s'appelait Jared. C'était un musicien, débrouillard, simple, élégant, têtu et merveilleusement beau. La jeune fille l'avait rencontré dans un bar, où ils avaient fait connaissance. Le jeune homme lui avait tout de suite plu, et un amour profond s'était créé entre les deux jeunes personnes. Seulement, le bonheur n'est souvent que de passage. Au bout de six mois de relation, le couple avait décidé de sauter le pas... Loanna s'était retrouvée enceinte.
Bien qu'elle n'eut pas encore sa majorité, elle aimait son partenaire de tout son cœur, elle comptait sur lui, et voulait donc cet enfant. Elle aurait travaillé à mi-temps, arrêté ses études pour s'occuper de son bébé, tandis que lui aurait eu des petits boulots à côté de sa scolarité. La mère de Loanna était d'accord pour les loger tous les trois, il n'y avait donc pas de problème. En apparence.... Au bout de deux mois de grossesse, Loanna perdit le bébé. A l'époque, s'était une droguée, son petit ami l'était aussi d'ailleurs, mais il était beaucoup plus raisonnable. Comme chacun le sait, la drogue ne va pas avec l'enfant. Alors qu'elle déprimait, la future maman prit une trop grosse dose et finit à l'hôpital, se qui aboutit à une fausse couche. C'est lamentable n'est-ce pas ? Cette expérience marqua Loanna au plus profond de son âme. Tout son être en pâtit. Par la suite, elle dut faire une cure de désintoxication, où elle arrêta les substance illicites, et où elle perdit quinze kilos. De retour chez elle, elle n'avait plus rien. Ni enfant, ni petit ami, ni espoir. Seule sa chère mère était restée pour l'assister.
Grâce à l'amour maternelle, à la patience, et au coup de main du ''monsieur tout en haut'', Loanna s'en sortit. Elle déménagea alors à New York pour refaire sa vie. Et maintenant, elle repensait à toutes les horreurs qu'elle avait fuit, sans se soucier de l'avenir qui lui tendait les bras.
Mais revenons au présent voulez-vous. Deux heure du matin approchait, la violente pluie commençait à s'apaiser, et une personne vint s'asseoir en face de la blondinette.

« Vous avez peut-être besoin d'un peu de compagnie Mademoiselle ? »

Une claque en pleine figure. Une seau d'eau sur la tête. Voilà comment Loanna prit cette question. Elle releva brusque ment la tête, les yeux encore embrumé de larmes. Qui ? Pourquoi? Le temps de rouvrir ses anciennes plaies, son cerveau s'était totalement déconnecté du monde des vivants. Mais le présent l'avait rattrapée. L'attraction terrestre était bien plus forte que n'importe quels mauvais souvenirs. Et oui, Loanna n'avait pas eu le choix, '' le monsieur tout en haut'' ne voulait pas qu'elle broie du noir. Il lui avait donc envoyé un beau jeune homme. Une grande maturité, et un doux air de je-ne-sais-quoi se lisait sur le visage de l'individu. Il souriait tendrement à la jeune fille, tout en paraissant très attentif à sa tristesse apparente.
D'ordinaire, la jeune israëlienne l'aurait tout de suite rembarré, en le traitant presque de tout les noms. Mais là, le jeune homme ne semblait pas du tout sûr de lui, au contraire, il était plutôt gêné et innocent. Loanna n'en oublia pas pour autant sa méfiance naturelle, et lui répondit un peu sèchement:

« C'est une question rhétorique ? Ou voulez seulement engager la conversation ? »

Elle regretta ses paroles sur le champ. De quel droit se permettait-elle de monter sur ses grands chevaux, alors qu'il ne lui voulait sûrement aucun mal. Ce n'était pas de la faute de cet étranger si Loanna s'était replongée dans ses mauvais souvenirs. Ou même si elle se sentait seule, qu'elle ne savait pas ce qu'elle avait, qu'elle n'avait envie de rien, et qu'elle déprimait complètement! Il lui fallait s'excuser maintenant, et elle détestait les excuses. Car la miss faisait partie de ses gens qui sont fière, et orgueilleux, et qui détestent avoir tort. Donc, ils ne demandent jamais pardon, ils ne reviennent jamais sur ce qu'ils ont dit, ou ils déforment la vérité à leur avantage. Mais Loanna était dans une telle position, qu'elle se devait de regretter ses paroles, et de remballer sa fierté. Elle finit donc part sortir calmement:

« Pardonnez-moi, c'est ma faute. Je suis vraiment désolé. »

Une vague de culpabilité lui remonta à œsophage, lui mettant les larmes aux yeux. Seulement, cette fois-ci, elle les ravala vite fait bien fait, et sourit difficilement, histoire d'être mieux présentable. Elle prit un peu d'assurance, et se mit à fixer l'individu dans les yeux. C'est d'ailleurs à ce moment là, qu'elle réalisa qui elle avait devant elle. Un jeune homme, un peu plus âgé quelle, avec des yeux bleus foncer pétillants et un tint juste assez bronzé. Il était penché sur la table, assit juste en face de l'étudiante. Une image lui vint tout à coup en tête. Celle de son ange gardien. Elle repartit alors quelques secondes sur la lune.
avatar
Admin
Admin

Messages : 314
Date d'inscription : 04/07/2009

http://rayon-de-soleil.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Who are you? {pv Jonathan}

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum