Alexis C. Wayne*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alexis C. Wayne*

Message  Admin le Dim 16 Aoû - 19:58

En fait c'est tiré de la première présentation;
celle de DentesAugmento,
Mais comme celui-ci n'est plus sur pieds:
je vous présente la nouvelle Alexis! cheers


<table style="width: 100%; text-align: left; margin-left: auto; margin-right: auto;" border="0" cellpadding="2" cellspacing="2"><tr><td style="width: 45%; text-align: center; vertical-align: middle;">

« Alexis Carlota Wayne »
Feat. So Hee

Âge : 17 ans.
Date & Lieu de naissance : Sokcho, 15 mai 1992.
Groupe : Studieux.
UFR : UFR1.
Étude : Journaliste.
Prédéfini ou Inventé : Prédéf.


</td><td style="text-align: right; vertical-align: bottom;">

Sweet about me :


</td></tr><tr><td colspan="2" rowspan="1" style="text-align: center; vertical-align: top;"><DIV style="BACKGROUND-COLOR: black; TEXT-ALIGN: center"><SPAN style="FONT-FAMILY: Georgia">« MORE ABOUT MY PERFECTION »</SPAN><BR></DIV>

Physique & Style :
    Comment faire une bonne description d’Alexis ? Vous me posez une colle là.
    Passons…
    Je dirais que Miss Wayne a plutôt été gâté par la nature, en ce qui concerne son physique. D’abord, elle a de jolis cheveux lisses et noir intense, qui entourent un visage enfantin, mais ne vous leurrez pas, elle est très intelligente et futée ! Son petit nez est accompagné par deux charmantes perles vertes, qui, elles-mêmes sont accompagnées d’une vue perçante ; le tout placé au-dessus de sa bouche rose pâle, et vous obtenez son minois presque parfait. Puis, vos yeux frôlent son giler de laine placé sur un simple t-shirt amusant; suivit de tout prêt par une mini jupe, et une paire de chaussure noir. Ainsi, vous avez parcouru la totalité de son corps de jeune Coréenne sans même vous apercevoir que celle-ci avait un furet blottit dans son cou. Pour ce qui est de son style, c'est pas très compliqué. Elle n'a jamais été pour les gros pantalons sombres, et les polaires; au contraire, elle préfère de loin les mini-jupes; par contre, pour ce qui est des haut, elle a toute une garde robe: longs, court, vert, bleu, rouge, jaune, clair, foncé, etc...

Caractère :
    Mesdames et messieurs, je vous annonce que vous avez bien trop de questions. A mon humble avis évidemment, et sans vouloir vexer quiconque.
    Bon, commençons par dire qu’elle est de nature curieuse et réservé. Elle ne va se lâcher qu’avec ceux en qui elle a confiance. Et, faites moi confiance, se n’est pas évident d’avoir la sienne. Sa soif de découverte la, parfois, amené un peu trop loin à mon goût. Mais vous découvrirez vite que cette jeune fille est une véritable tête de mule. Si bien que dans son ancien lycée, beaucoup de personnes l’on dans le collimateur. Même si elle est fiable à cent pour cent. Donc, lorsque vous découvrirez qu’elle connait votre plus grand secret, ne vous affolez pas, celui-ci est très bien gardé. Mais, peut-être vous faudra t-il vendre quelques explications convaincantes.
    Oh la la… Que suis-je en trin d’écrire ? Je ne détruirai point encore la réputation d’Alexis. Elle l’est suffisamment. Parlons donc, de ses qualités… euh… La jeune fouine à une mémoire extrêmement bien développé. C’est ce qui lui permet d’espionner correctement. Enfin… je veux juste dire qu’elle apprend très vite en classe. Sa capacité à retenir est donc bien supérieur à celle d’un adolescent banalement normal. Voilà. C’est tout, je pense… Ah non ! Elle est aussi très gourmande, et elle déteste que l’on lui parle de son tatouage sur le poignet. Les questions le concernant doivent être payées par la « mort ». sans vouloir vous faire peur, je vous préviens c'est tout.
    Cette fois-ci, c’est bon. Son portrait est complet. J’espère ainsi vous avoir donné envie de la connaître. Tout en vous conseillant de ne pas vous fier aux apparences. Parque-ce que, dans la fond, ma petite fouine a le cœur sur la main.

Histoire :
    Même remarque que pour décrire le physique, mais bon, je suis une râleuse ; n’en tenez pas compte.
    Pour sa première inspiration, Alexis fut amené dans une petite clinique insignifiante du 17ème arrondissement de Paris. Capitale de la France, grande ville touristique, et ennemi de la nature. Puis, on transbahuta le nourrisson dans un magnifique quatre pièces donnant sur la Tour Effel ; bien que la fillette ne pu l’apercevoir que trois ou quatre années après.
    Puis, comme tous les français, la petite princesse prit le chemin de l’école. Elle ne comprit jamais pourquoi les autres enfants de son âge râlaient pour y rentrer. Comment ne pouvait-on ne pas aimer un endroit aussi merveilleux ? Là-bas, on apprenait à lire, à écrire, à calculer, à développer le peu de neurones que nous puissions utiliser. Comment refuser une telle opportunité. C’est ainsi que, très vite, M. et Mme Wayne découvrirent les capacités de leurs fille. Ils la mirent donc dans un collège spécialisé… « Pour son bien ». Mais, ce fut l’erreur de leur vie. Après ce changement, plus rien ne fut comme avant et les problèmes s’enchaînèrent très vite.
    D’abord l’adolescente ne fut pas du tout du même avis que ces parents. Dès lors, son niveau baissa alors que son frère affirmait qu’elle connaissait sa leçon. Hélène et John durent donc trouver une nouvelle école pour leur fille. Sa moyenne remonta et les choses s’améliorèrent un peu.
    C’est à ce moment là que le frère prit la relève. Tout d’abord il ne s’entendit plus avec ses anciens. Il cumulait les retards, ne disait rien de sa vie externe, oubliait ses notes et son avenir. Petit à petit, il devenu un fantôme qui ne semait que la dispute sur son passage. Et quand Alexis eu douze ans, elle ne connaissait de son grand-frère plus que ses cris brûlant son œsophage pour aller exploser aux visages des parents. L’horreur bruyante se produisant de plus en plus souvent, la jeune fille pu s’interroger sur ce qu’était devenue son idole. Durant ses nuits d’insomnie, elle se rappela le passé…
    Très jeune, la petite parisienne avait compris qu’elle pouvait compter sur son aîné. Et, c’est surtout pour cela qu’elle l’admirait. Lui, le grand-frère ; assez jeune pour ne pas être trop autoritaire, mais assez vieux pour être son ange gardien. Depuis toujours Alexis et son frère étaient complices. Leurs parents les en avaient souvent félicités. Son frère était gentil, attentionné, et plein d’amour à l’égard de sa petite sœur. Un jour, elle était tombée dans les escaliers, il la chouchouta pendant une semaine ; une autre fois, elle se brûla. Il en eu presque un arrêt cardiaque ; même lorsqu’un garçon voulait sa petite culotte, le frère était là pour lui donner une correction. Le mot d’ordre était : « Pas touche à ma sœur ! » Comment avait-il pu changer à ce point ?
    Un matin, il partit sans rien dire. Jamais plus on eu de ses nouvelles. L’incompréhension de son absence engendra de nouvelles bagarres au sein des parents, qui divorcèrent peu de temps après. Alexis ne pardonna pas à son frère, et se fit tatoué la date de son départ pour ne jamais oublier depuis quand se lâche l’avait abandonnée.
    Trouvez vous que mon histoire va trop vite? ou alors qu’elle n’est pas assez détaillé, tout à coup ? C’est bien normal, car c’est comme cela que ça c’est passé. Alexis n’eu ni explications, ni détails lorsque son frère partit. Ni même lorsque ces parents se séparèrent. En un an et demi, la famille de la fouine explosa en mille morceaux. Celle-ci dû alors encaissé deux claques à la fois, et ne s’en releva pas. La preuve, Alexis partit avec son père à New-York lorsqu’il y fut muté, et elle ne reprit contacte avec sa mère qu’une fois depuis.
    Mon mot de la fin sera donc, Ne Vous Fiez pas Aux Apparences ! Bien qu’Alexis soit toujours fière, et souriante devant le monde, vous vous apercevrez vite (si vous le fauve vous laisse l’approcher) qu’elle n’est pas si forte que ça. Je souhaite bien sûr beaucoup de courage et de persévérances à son [ou sa] futur ami[e].

Signe(s) particulier(s) :
    C'est dans la story. x)

Orientation Sexuelle :
    Bah, je pense qu'elle aime les garçons, mais je sais pas trop.

Citation favorite :
    « Il faut toujours avoir un plus petit que soit ! »


</td></tr><tr><td style="text-align: center; vertical-align: top;"><div style="background-color: black; text-align: center;"><span style="font-family: Georgia; color: rgb(255, 255, 255);">« BEHIND THE COMPUTER »<br></span></div>

Prénom : Alexis.
Âge : 15 en novembre.
Comment as-tu connu ce forum ? : par Top site.
Ton avis (design, contexte, ...) : Super! <3.
Présence sur le forum : Une ou deux fois par semaine - j'espère.
Autre(s) compte(s) : Non.
Exemple de RP :
Spoiler:
Lorsque son réveil intérieur lui ouvrit ses émeraudes, les rayons du soleil ballaient, tandis que la lune s’effaçait petit à petit. Mais cela ne la dérangeai pas. Au contraire, rien n’est mieux que de commencer une journée avec la brume et la brise légère. La fouine se leva donc, alors que le dortoir féminin était encore plongé dans un profond sommeil. Avant toute chose, elle devina l’heure annoncée par sa montre soigneusement déposée sur la table de chevet. Cinq heure deux. Puis elle se déballa d’une lourde couette, glissa ses pieds dans l’épais tapis moelleux, et attrapa ses vêtements préparé la veille. Un jeans bleu foncé, assortit avec une banale veste à capuche, et un élégant t-shirt de couleur.
Après s’être douchée, habillée, lavée les dents, et équipée pour un jour entier, la jeune fille sortit de la chambre commune. Elle traversa le salon de sa maison respective, puis descendit d’innombrables escaliers pour s’arrêter devant les cuisines presque vides. Si bien que notre blondinette n’eu pas besoin de beaucoup de ruse pour choper quelques petites choses à manger. Elle s’enfuit ensuite sur la pointe de ses tennis blanches, et ne se stoppa que lorsque le souffle de Dame Nature lui parvient aux oreilles. Ainsi, la jeune fille laissa échapper un murmure du sourire crayonné sur son visage :
« Allez-y Madame. Je suis toute ouïe. »
C’est alors qu’une force invisible l’entraîna plus loin dans le parc, et la débarqua au pied de la forêt dite « interdite ». Sans qu’aucune question, logique, lui viennent à l’esprit, la blondinette s’enfonça dans les bois. A peine eu t- elle fait quelques pas d’exploratrice, qu’elle eu le souffle coupé par la puissance, et la peur, que pouvaient engendrer ses bois. Des frissons parcoururent alors son dos, lui laissant un air béat. Ils étaient peuplés d’une multitude d’arbres immenses, de toutes sortes et toutes tailles. Tous se ressemblaient, et se différenciaient mais nul ne pouvait être certain de les reconnaitre. Le vent sortant de ce « paradis » portait mille odeurs, et mille sensations que notre fouine ne pouvait réellement identifier.
« C’est extraordinaire, siffla t- elle. »
Soudain, cet état second disparu … Car une petite langue râpeuse se frotta contre la pâle peau de l’adolescente. Tout d’abord, elle sursauta, mais sa stupeur fut vite remplacée par un petit sourire en coin.
« T’inquiète pas Pan, je t’oublie pas ! »
Sort alors juste à côté de la joue de l’adolescente, l’humide museau d’un furet affamé. Logé entre les épaules et le kéfié de sa maîtresse la bête était invisible. A la demande de son compagnon, la jeune fille se mit à chercher un coin où s’asseoir. Par chance, elle trouva une place abrité par les branches feuillues d’un chêne majestueux. Elle s’appuya donc avec délicatesse contre l’ancêtre, se laissa mouvoir d’un mouvement continu sur son écorce, et sortit de sa poche « magique » deux chouquettes, sous des petits billes noirs, brillantes d’impatience.
« Tiens, Pan. Bonne appétit. »

Tandis que sur ses genoux un animal vorace se régalait de délicieuses pâtisseries, la jeune fille leva ses pupilles au ciel. Celui-ci était sombre et froid. Il y avait des verts de tout genre, clair, foncé, turquoise, pâle, presque noir, simple … Et puis, il y avait toutes ses branches qui ressemblaient à des bras humains. Elles étaient de toutes tailles, grandes, petites, ondulées, tordus, droites, fourchus, fines, épaisses … Leurs écorces étaient toutes différentes, lisses, râpeuse, douces, rugueuses, gluantes, écailleuse … Mais il n’y avait pas que des arbres, la forêt hébergeait aussi des plantes et des fleurs multicolores. Elle abritait aussi beaucoup de bruits inquiétant. Malheureusement, la fouine ne leurs attacha aucune importance. Elle continua d’observé en silence, et se laissa bercé par la lente respiration de la sombre nature. Pan, quant à lui, ne se soucia guère des alentour terrifiant, et resta blottit contre le corps chaud de l’adolescente plongée dans ses pensée. Laissant un soupire lasse s’échapper de son gosier, celle-ci réfléchit un long moment.
*Que va t- il arrivé aujourd’hui ? Que vais-je découvrir ? Peut-être qu’il n’y aura rien finalement. J’en sais rien, et je veux pas le savoir. Pourquoi ne pas rester ici en attendant l’avenir ? Cet endroit interdit est si beau …*
Prise par un élan affectif, la jeune fille prit son compagnon dans ses bras, et porta sa bouille sucrée jusqu’à son visage. L’animal se laissa faire enthousiasmé par les bisous, et rendit les gentiment par des léchouilles pleine d’amour. Les inséparables restèrent ainsi, et ne remarquèrent ni la rosée qui les mouillait, ni le vent obscure qu’émanait la forêt interdite, ni le temps qui tournait sans eux.

Code du règlement :
Spoiler:
ok by Loan.


</td><td style="text-align: center; vertical-align: top;"><div style="background-color: black; text-align: center;"><span style="font-family: Georgia; color: rgb(255, 255, 255);">« I'M SO BEAUTIFUL »<br></span></div>



</td></tr></table>
avatar
Admin
Admin

Messages : 314
Date d'inscription : 04/07/2009

http://rayon-de-soleil.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum